Prise en charge de kystes ovariens bénins :

  1. Kyste fonctionnel : il s’agit du kyste le plus fréquent chez la femme en période d’activité génitale. Son existence est lié au fonctionnement normal de l’ovaire sain au cours du cycle menstruel. Dans la grande majorité des cas il disparaît spontanément. Dans certains cas ,il peut cependant nécessiter un traitement en fonction de son volume et du risque de torsion de l’ovaire.
  2. Kyste organique : Son existence est indépendante du fonctionnement ovarien et n’a aucun lien avec le cycle. Les plus fréquents sont :
  • les cystadénomes séreux et mucineux
  • les endométriomes  (localisation ovarienne d’un nodule d’endométriose)
  • les tératomes matures ou kystes dermoides (tumeur embryonnaire a contenu hétérogène)
  • les fibrothècomes  ( tumeur d’origine stromale)

Ces kystes sont toujours bénins et sont traités par coelioscopie. Une kystectomie est pratiquée avant la ménopause afin de ne pas altérer le stock folliculaire. Proche de la MNP ou apres la ménoapuse, la pratique d’une annexectomie bilatérale est recommandée.

 


Prise en charge des infections des trompes ou salpingites :

Il s’agit dans la majorité des cas d’une infection de transmission sexuelle. Moins souvent, un geste endo-utérin tel un stérilet, un curetage ou une hysteroscopie peuvent etre l’origine. 

Ces infections peuvent aboutir a des abcès pelviens nécessitant un traitement chirurgical en urgence par coelioscopie afin de drainer l’abcès et de pratiquer une lavage de la cavité péritonéale.


 


Prise en charge des demandes de stérilisation tubaire (ligature des trompes)

Nous rappelons qu’il ne s’agit pas d’une contraception du fait de son caractère théoriquement définitif.

Cette pratique est dépenalisée depuis la loi sur l’avortement en juillet 2001.

Elle est envisageable après avoir discuté une ligature des canaux déférents chez le partenaire et des autres méthodes de contraception.

Il faut respecter un délai de réflexion de 4 mois entre la demande et la réalisation du geste

Nous pratiquons les ligatures soit par coelioscopie (ligature-section tubaire bilatérale ) soit par les voies naturelles en mettant en place les dispositifs ESSURE par hysteroscopie. Le choix de la technique se fait soit sur indication médicale soit par choix de la patiente.

 

 


Prise en charge de cancers de l’ovaire :

La prise en charge des cancers gynécologiques se fait exclusivement dans le cadre d’une équipe multidisciplinaire comportant des chirurgiens gynécologues , un oncologue médical, un anatomopathologiste, un radiologue et un radiothérapeute. Une équipe composée de psychologues et d’infirmières spécialisées est également a l’écoute des patientes.

Tous les dossiers sont discutés une fois par semaine en RCP (Réunion de Concertation Pluridisciplinaire) afin d’apporter les soins les plus adaptés en suivant les recommandations nationales.

Il s’agit d’un cancer concernant généralement les femmes de plus de 40 ans. Il s’agit d’une maladie longtemps silencieuse rendant le diagnostique précoce difficle. Celui-ci est souvent fait sur des stades avancés.

Le traitement repose sur une association de chirurgie et de chimiothérapie. Dans les formes avancées, une chimiothérapie première est nécessaire afin de rendre la chirurgie possible. La chirurgie ne s’envisage que lorsqu’elle celle-ci peut etre complète càd qu’elle permet d’enlever toute la maladie.

La laparotomie xypho-pubienne) reste la référence. Il s’agit d’une chirurgie complexe que nous réalisons si necessaire régulièrement en double équipe avec la présence d’un chirurgien viscérale pour une sécurité opératoire optimale.

Dr BOILEAU - Dr MERMET - Dr NIKOLITCH - Dr TARDIF
Médipôle de Savoie
Avenue des Massettes
73190 Challes-les-Eaux