Prise en charge de l’incontinence urinaire :

 

 

L’incontinence urinaire se traduit par une fuite d’urine involontaire par le méat urètral. Il s’agit d’une pathologie fonctionnelle très fréquente qui touche plus de 3 millions de personnes en France. Cette pathologie peut survenir a tout age.

L’incontinence peut avoir un impact sur la qualité de vie et nécessite souvent le port de protections.

On distingue principalement trois formes :

  • Incontinence urinaire à l’effort : la fuite survient après un effort comme une quinte de toux, le port d’une charge, un fou rire... Le traitement repose en premère intention sur une réeducation pelvi-périnéale et une oestrogénothérapie locale. Les formes sévères nécessitent la mise en place d’une bandelette sous-urèthrale type TOT ou TVT.

 

  • Incontinence urinaire par urgence mictionnelle : fuite involontaire accompagnée ou immédiatement précédée d’un besoin urgent et irrépressible d’uriner aboutissant à une miction ne pouvant etre différée ou retenue.Le traitement est en premère intention médical et associe une réeducation pelvi-périnéale, une oestrogénothérapie locale et la prescription d’anticholinergiques.
  • Incontinence urinaire mixte : combine les 2 types d’incontinences prédéfinies

 

La prise en charge de l’incontinece nécessite tout d’abord un bilan complet avec examen cytobactériologique des urines, echographie de l’appareil urinaire et bilan urodynamique dans les formes complexes.

 


Prise en charge des descentes d’organe (=prolapsus uro-génital)  :

Il s’agit de la descente d’un organe suite au relachement de ses moyens de fixité. Les organes touchés sont la vessie en avant ( cystocèle), l’utérus au milieu (hystérocèle)et le rectum en arrière (rectocèle).

Il s’agit d’une pathologie fonctionnelle fréquente qui peut altérer la qualité de vie de la patiente.

Les prolapsus sont souvent associés a une incontinence urinaire qu’il ne faut pas méconnaitre.

La prise en charge des prolapsus est souvent complexe. Le traitement doit tenir compte des 3 étages afin de ne pas induire de déséquilibre au sein du plancher pelvien.

Une incontinence urinaire post-opératoire peut apparaitre et pourra nécessiter un traitement spécifique dans un deuxième temps

bandelettes synthétiques

La prise en charge médicale par réeducation périnéale et par pessaire est souvent proposée en première intention.

Dans les formes complexes, une prise en charge chirurgicale est nécessaire.

Nous réalisons cette chirurgie soit par les voies naturelles (chirurgie vaginale) soit par voie abdominale par coelioscopie (promontofixation) . Le choix de la technique opératoire se fait sur l’age de la patiente et sur son type de prolapsus.

Le but est de restaurer la zone défaillante en utilisant soit les propres tissus de la patiente (traitement autologue), soit, lorsque ceux-ci sont de mauvaise qualité, la mise en place de prothèses ou bandelettes synthétiques qui sont en constante évolution et qui permettent de réduire de manière significative le risque de récidive.

 

 

Dr BOILEAU - Dr MERMET - Dr NIKOLITCH - Dr TARDIF
Médipôle de Savoie
Avenue des Massettes
73190 Challes-les-Eaux